Accueil

L'Héritier

« Je pense en prince chrétien,
j’agis en prince français »

 
Héritier des quarante rois qui ont fait la France, le prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, est le fils du comte de Paris. Descendant légitime de la dynastie nationale française, Dauphin de France, il assume pleinement la tradition de dévouement de sa famille au service de la France et des Français d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il se définit comme prince chrétien et prince français.
Prince tourné vers l’avenir, il…

Soutenir Gens de France

 

ASSOCIATION GENS DE FRANCE
2 square d’Aumale
28100, Dreux Eure-et-Loir
IBAN:
30076 02024 13899100200 15
Pour les virements internationaux l’IBAN est :
FR76 3007 6020 2413 8991 0020 015.
SWIFT BIC : NORDFRPP
 …

La famille de France au Salon de l'Agriculture

« Adieu, veau, vache, cochon, couvée ?
Dans l’atmosphère d’une campagne électorale peu amène et plus que délétère, dont on ne sait ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, rien de mieux qu’un petit tour en famille au salon de l’agriculture pour un vrai retour à la terre et au réel.
Veaux, vaches, cochons, couvées … Il y en a pour tous les goûts, petits et grands. Comme notre filière bois, notre filière agricole se porte difficilement, mais…

Pour une France apaisée?

En ce début d’année, je souhaiterais vous adresser tous mes voeux pour 2019.

Je ne reviendrai pas sur l’année difficile que notre pays vient d’avoir avec, comme je l’ai écrit dans mon dernier message, un mouvement des gilets jaunes qui cristallise toutes les fractures de notre société mais avec des Françaises et des Français qui restent, me semble-t-il, demandeurs d’un projet social commun sur un socle partagé.

J’aimerais donner à tout cela de la perspective, en évoquant trois principes qui sont essentiels à la poursuite d’un bien commun social : la paix, la justice et l’autorité.

La paix – on pourrait dire la concorde – c’est l’effet. Sans paix sociale, sans relations apaisées entre les différentes composantes de notre société, nous ne pouvons avancer. Pour cela nous devons changer de philosophie politique et passer de cette volonté de satisfaire les désirs individuels à une vraie recherche du bien commun en mettant en avant, dans la relation sociale, la confiance et non la défiance comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui.

La justice c’est la première condition. Sans justice, notamment à l’égard des plus démunis, pas de paix possible, car il y aura toujours le sentiment d’être lésé. Pour y arriver il faut pouvoir s’appuyer sur des règles simples comprises par tous. Le millefeuille de nos lois et règlements est certainement pour beaucoup dans le rejet des réformes nécessaires.

L’autorité, c’est la deuxième condition. Sans autorité, pas de saine dynamique qui fait avancer les choses. La notion de service doit être remise à l’honneur, le respect des libertés individuelles et publiques doit permettre aux corps intermédiaires d’agir en subsidiarité. Il faut donner au chef de l’Etat un autre rythme institutionnel pour qu’il puisse travailler dans la continuité aux réformes de fond, et cela, sans autoritarisme.

Voilà quelques principes qui permettraient à notre pays d’avancer vers la paix sociale nécessaire, avec plus de justice à l’égard des Françaises et des Français et avec un Etat qui a retrouvé son autorité. Espérance !

Bonne et nouvelle année à vous tous vos familles et vos proches.

Jean de France, Duc de Vendôme
Domaine Royal de Dreux.

15 Janvier 2019, 19:29shareOnFacebookshareOnTwetter

Déclaration à l'occasion des Journées du Patrimoine

En ces temps de culte immodéré du progrès et de la technique, les Français, plus que jamais chaque année, montrent leur attachement au patrimoine de notre pays.
L’amour du patrimoine n’est pas l’amour d’un passé, même récent, qu’on veut à tout prix figer. Le peuple français n’est pas cet enfant qui cherche vainement à protéger son château de sable des assauts de la marée montante.
Au contraire, ce que nous avons reçu, ce sont des châteaux de pierre, des forêts…

15 Septembre 2018, 16:34shareOnFacebookshareOnTwetter