19 Juin 2018, 01:30

Grecs et Latins

La Colère d'Achille par Antoine COYPEL (1661-1722), 1711, Musée des Beaux Arts de Tours

Après avoir dévoré Marc-Antoine : un destin inachevé entre César et Cléopâtre de Pierre Renucci et le dernier livre de Jacques Trémolet En terrasse avec Cicéron, me voilà plongé dans l’Iliade et l’Odyssée d’Homère.

Les grecs ont inventé la philosophie. Sur la base de celle-ci, les romains ont inventé le droit. D’autres cultures ont apporté leur contribution au monde, mais jamais autant que ces deux-là, du moins en Occident.

Philosophie, Raison droite, Nature, Relation avec le divin, Vertu, Droit, Organisation de la société… Toutes ces valeurs fondatrices des civilisations hellènes et latines sont liées. Ce sont aussi des invariants de la nature humaine. Elles contrastent avec la « dictature de l’opinion » qui sévit dans notre monde contemporain et avec la superficialité de certains raisonnements, pour ne pas dire de leur égarement. De mon point de vue, rien ne les a dépassées depuis ; encore moins la fausse croyance que les idées nouvelles ont apporté quelque chose de plus. Des variantes, peut-être, comme l’organisation politique mise en place par nos rois, au moins dans le temps long.

Cette culture grecque et latine est-elle morte ? On peut le penser. En tout cas, elle est de plus en plus rarement enseignée, nos contemporains n’y trouvant sans doute pas d’intérêt. Mais, la poésie d’un Grand Corps Malade est-elle à la hauteur de celle d’un Homère, le verbe d’un Bernard-Henri Levy à celui d’un Cicéron, la philosophie d’un Peter Sloterdijk à celle d’un Aristote, les actions d’un Donald Trump à celles d’un Marc-Antoine ? Je ne le crois malheureusement pas, même si l’on peut leur reconnaître des mérites.

Il nous faut retrouver le chemin des grecs et les latins. Difficile dans notre société de masse ou le désir prime sur la raison ! Et pourtant, nous pouvons retrouver le goût de cette culture au détour d’une lecture, d’une conversation ou une conférence. Rien n’empêche d’apprendre le chinois ou l’arabe pour être dans le vent, mais ne négligeons pas la culture classique. Comment être à la hauteur sans une tête bien faite ?

Je me souviens que chez les jésuites, où j’ai fait ma terminale, les pères parlaient tous le latin, quelques élèves aussi. Parfois, pour ne converser qu’entre eux, sans être compris des autres, ils passaient au grec. « Cool » comme on dit aujourd’hui !

shareOnFacebookshareOnTwetter